Le Centre de formation sera fermé pour la période estivale du 13 juillet au 4 août inclusivement. Toutes les commandes passées sur la boutique en ligne durant cette période seront expédiées dans la semaine du 5 août. Merci de votre compréhension!

Thème

Dyslexie / dysorthographie

Dyslexie/Dysorthographie : historique au Québec

Bien que la dyslexie soit une entité établie depuis plus de 100 ans, la dyslexie est reconnue depuis peu au Québec. Jusqu’à très récemment, les facultés universitaires qui formaient les futurs enseignants ne prodiguaient aucun cours sur la dyslexie. En fait, c’est le 1er symposium international sur la dyslexie organisé par le Centre de formation CENOP en 2000, qui a véritablement éveillé les Québécois à ce diagnostic. Plus de 600 professionnels (neuropsychologues, psychologues, orthopédagogues, pédagogues, orthophonistes…) y avaient alors participé. Avant les années 2000, on attribuait souvent les difficultés d’un enfant ou d’un adolescent en lecture à une paresse de sa part, à un mauvais encadrement scolaire ou familial, ou à une pédagogie inappropriée pour l’enseignement du langage écrit et parfois même à une déficience intellectuelle.

Définition de la dyslexie

La dyslexie est un trouble de l’apprentissage de la lecture et de son automatisation. Le temps d’acquisition est démesurément long comparé à celui des autres jeunes apprentis lecteurs. Très souvent de nature génétique, la dyslexie persiste toute la vie malgré les efforts pour la vaincre. On constatera une amélioration de la lecture avec le temps ou avec une rééducation, mais la vitesse de la lecture sera toujours plus lente même chez l’adulte dyslexique.

Définition de la dysorthographie

La dyslexie s’accompagne la plupart du temps d’une dysorthographie, c’est-à-dire d’une difficulté majeure dans l’apprentissage de l’orthographe des mots; par contre, on peut constater une dysorthographie sans la présence d’une dyslexie.

La dysorthographie, comme la dyslexie, affectera tout le parcours scolaire de l’enfant puisque la lecture et l’écriture sont requises dans pratiquement toutes les matières scolaires.

Manifestations de la dyslexie/dysorthographie

  • Omission de sons,
  • Inversion de la séquence des sons à l’intérieur d’un mot,
  • Inversion de certaines lettres (b/d; p/b; q/g),
  • Substitution d’un mot phonologiquement proche,
  • Confusion de certains sons (que/gue; che/je; fe/ve; pe/be; te/de…),
  • Sauts de lignes, sauts de mots,
  • Lecture extrêmement lente, hachurée, imprécise.

Toutes ces erreurs affectent globalement la compréhension de la lecture et handicapent sérieusement l’élaboration d’une composition.

Dépister, évaluer, intervenir face à la dyslexie/dysorthographie

Malgré tous les efforts pour faire connaitre la dyslexie/dysorthographie et leurs méfaits, elles restent encore méconnues par bons nombres de praticiens. Elles peuvent facilement être confondues avec d’autres diagnostics, tel le déficit d’attention, par exemple. Une dyslexie ou une dysorthographie non diagnostiquées peuvent engendrer des souffrances, tant pour les enfants que pour les parents, ou même les enseignants qui s’acharnent pour amener l’enfant à lire et à écrire convenablement, sans avoir les bons outils pour la rééducation. C’est pourquoi le Centre de formation CENOP a développé des formations qui s’adressent aux pédagogues et aux psychologues.

Formation pour les enseignants et les orthopédagogues

L’une de nos formations sur la dyslexie et la dysorthographie (formation 401) s’adressent plus spécifiquement aux intervenants scolaires pour leur permettre de mieux comprendre ce qu’est la dyslexie et la dysorthographie, pour leur apprendre à les dépister le plus tôt possible et pour leur proposer des interventions pertinentes selon le type de dyslexie diagnostiquée.

Cette formation est axée sur l’intervention clinique auprès d’une clientèle dyslexique/dysorthographique de niveau primaire. Une variété d’activités rééducatives ainsi qu’un répertoire de matériel adapté aux diverses caractéristiques de ces élèves y sont exposés. Au moyen de courtes présentations de cas cliniques et d’une vidéo, des façons simples et concrètes de mener une prise en charge seront proposées.

Formation pour les neuropsychologues et les psychologues

Le Centre de formation s’adresse également aux psychologues ou neuropsychologues pour leur offrir des mises à jour sur les dernières avancées théoriques concernant la dyslexie et la dysorthographie afin de les aider à mieux les évaluer et leur proposer les outils les plus récents et les plus performants pour en décrire le plus exhaustivement les manifestations cliniques.

En effet, le Centre de formation offre une seconde formation sur la dyslexie/dysorthographie et cette dernière a comme objectif principal de comprendre les différentes définitions les plus actuelles de ce trouble spécifique de la lecture et de l’écriture. L’étiologie des troubles d’apprentissage de la dyslexie/ dysorthographie et certains modèles théoriques sont également discutés. Un second objectif est d’outiller le professionnel pour faire un choix éclairé quant aux outils à privilégier pour évaluer un enfant en difficulté en lecture/écriture. Des études de cas sont présentées pour illustrer plusieurs de ces outils ainsi que pour comprendre les deux voies de lecture. Des profils d’enfants seront d’ailleurs analysés afin d’étudier la nature de leurs erreurs. À la fin de l’atelier, le professionnel sera plus en mesure de dépister un enfant ayant des retards en lecture et/ou en écriture et de savoir quand conclure à la présence d’un trouble ou d’un retard d’apprentissage.

Retour aux thèmes

  • Un Centre qui conjugue rigueur scientifique, approfondissement des connaissances et professionnalisme à travers toutes ses activités de perfectionnement.

  • Des experts passionnés qui possèdent des connaissances de pointe sur les troubles développementaux, les troubles d’apprentissage et les difficultés d’adaptation.

  • Un continuum de formation qui touche l’ensemble de la francophonie et tous les professionnel(le)s œuvrant dans les milieux de l’éducation et de la santé.